tenebrae rosae Index du Forum
tenebrae rosae
Guilde JdR de World of Warcraft, serveur Kirin Tor, Faction Alliance
 
tenebrae rosae Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Enfermez dehors ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    tenebrae rosae Index du Forum -> La Librairie -> Réflexions.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Glinie
Précepteur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juin 2011
Messages: 27

MessagePosté le: Mar 27 Sep - 17:23 (2011)    Sujet du message: Enfermez dehors Répondre en citant


 

 
 
 
Glinie ouvra un œil, sa tête lui faisait horriblement mal, le gout du sang dans sa bouche lui donnée la nausée… la pièce qui l’entouré pué l’humidité, le sang, la merde impie… il faisait froid, elle avait faim. Elle grelottait. Elle essaya de se lever mais elle remarqua que ses mains, et ses pieds étaient de nouveau attaché par des chaines sur une espèce de table. Elle essaya de se défaire mais en vain, de toute façon ses jambes tremblaient tellement qu’elle n’aurait pas pu faire un mètre. Elle entendit une voix familière juste à côtés d’elle qui lui demander de ne plus bouger. 
Puis un homme non loin d’eux se mit à rire, tout en s'approchant d'elle…


- Tu comptes nous quitter ma belle? Alors qu’on s’retrouve tous ensemble ! T’as pas aimé notre soirée ?


Il parcourrait d’un doigt les courbes de la jeune femme la regardant avec une folle envie


- Détache-moi! Connard !
- Hoho ! T’es pas en position de donner des ordres ma jolie, alors je te conseille de fermer ta grande gueule…Ou veux-tu que coupe de nouveau ta jolie petite langue... ça serait dommage…
- Va te faire fils de chienne ! 


L’homme se retourna vers une sorte d’ombre encapuchonner, puis hocha la tête.
Glinie reçut une lourde décharge et se tordit de douleur, sa poitrine la brulé, sa chair semblé se lacérer… elle hurlait tellement elle avait mal. Le Nécromant leva son sort et d’une voix douce pris la parole


- Tu as compris qui a le meilleure Jeu? Où je te redonne un petit exemple ?
- …..
- REPOND PETASSE!
-Laissez…Laissez là….


Le pauvre Sylaone luttait… il luttait contre la douleur…il luttait contre la tristesse….il luttait contre son impuissance. Lorsqu’une autre petite silhouette apparut  soudainement à côtés du pauvre loup mutilé.


- Bonjour !


Voilà deux jours qu’ils s’amusaient. Deux abominables jours de souffrance à n’en plus finir. Si seulement c’est foutu chaines ne retenait pas la magie…


- Matis va donc voir ailleurs, si nos amis ont bien fait leur travail de bourreau et laisse cette petite conne tranquille! Ne recommence pas à la tripoter... Ce n’est pas le moment !
- D’une c’est MA femme…de deux ca m’fait trop kiffer la gueule que l’autre il tire à cotés. De trois… ouai, ouai c’est bon. J’me casse...


Matis quitta le cachot. Le Nécro s'approcha alors de Glinie, il la regarda longuement affichant un sourire sadique. Puis tourna ses yeux vers le Worgen. 


- Vous avez faim ?
- ….
- ….
- Ma patience a des limites alors répondez  à ma question, est ce que vous avez faim !?


D’une voix accablée Glinie répondit un petit oui, Syla ne décrocha aucuns mots.


- Ou-oui!
- Bien !! Voilà ce n’est pas si difficile de répondre ?


Le Nécro claqua des doigts Chess couru chercher un plateau de nourriture. En deux minutes une terrible odeur envahis la pièce. Comme ça avait l’air bon. Le parfum de cette viande  recouvrait peu à peu la puanteur de leur geôle. Le nécro rabaissa sa capuche, puis d’un geste élégant  arracha un bout de viande, puis se délecta regardant de nouveau ses deux captifs. 


- Délicieux !! Dommage qu’il n’y en a pas assez pour trois…Chess  tu devrais le réveiller !


Pointant du doigt le Worgen avachi, le nécromancien continuait à manger calmement devant la pauvre Glinie.


- C’est tout ce que vous savez faire hein ?.... Tu vas lui faire le même coup ? On est des chiens ? Les chiens finissent les restes et je dois remuer la queue encore une fois pour te faire plaisir salope…


Le nécromancien regarde Chess d’un air amusée jetant un os vers le visage de Glinie, puis se mit à rire


- T’as vue il a retenu la leçon !!
- Oui Maitre...
- Allez, je t’ai dit de le réveiller !


Chess pris un petit sachet, puis le posa par terre. Elle n’était ni trop prêt, ni trop loin du Worgen. Mais elle se préparé comme à son habitude.
Syla fixait la nouvelle condition de son adversaire avec curiosité se demandant ce qu’elle allait inventer cette fois …putain d’elfe. 


- Tu joues les bouilloires maintenant Meg ? Tu penses pouvoir me battre avec un peu de fumée et un coup de soleil?


Chess ne répondit pas. Elle recula le pied droit, tendit le bras gauche, main ouverte, et amena son poing droit au niveau de son visage.


- Si tu crois pouvoir me toucher de là où tu es n'hésite pas...
- Gomu Gomu no... (ca veut dire pauvre tache en Kaldorei)
- Allez, amène...


Avant même que Sylaone ne puisse finir sa phrase, il fut projeté contre le mur derrière lui par une force inouïe. Il cracha du sang et sentit que plusieurs de ses côtes étaient brisées. Il les régénéra en une seconde, mais ses pouvoirs étaient bien moins puissant… le temps de relever la tête pour voir que Chess n'avait pas bougé d'un pouce. Elle était toujours dans sa drôle de posture.


- Qu'est-ce qui s'est passé bon sang? Je ne l'ai pas vu venir? Impossible, personne ne peut bouger aussi vite.


Il cligna des yeux et Chess disparu de son champ de vision.


- Où est-ce qu'elle …


Un pied vint s'écraser sur le côté droit du visage de Syla qui fut à nouveau éjecté. Mais cette fois, une main agrippa le col de sa tunique et le tira violemment en arrière. Complètement désorienté, le pauvre Worgen n'aperçut que quelques images de son adversaire vrillant son bras en arrière avant d'être à nouveau déchiré en deux par la puissance du coup.
Dans une explosion de poussière et de débris, Chess disparu dans un des murs de la salle.


Hélène était euphorique, Meg avait la main haute sur le combat, Syla ne pouvait rien contre elle. Le clan Barthoz brillait de nouveau.
La pauvre Glinie dans un ultime effort avait réussi a créé une fleur, une simple petite rose…une rose naissant d’une pousse invisible aux yeux des gens trop occupé à regarder le pauvre Syla s’en prendre plein la gueule…elle fit donc pousser sa petite rose aux pieds de Sylaone, qui la remarqua aussitôt


- Tu peux me frapper autant que tu veux Chess ... déclara Syla tandis que des ronces semblaient entourer le druide. 
- Au bout d'un moment tu seras trop fatiguée pour continuer alors que moi je n'aurai aucune égratignures. Je n'ai même pas besoin de te toucher pour te battre, tu seras le propre artisan de ta défaite…Les ronces, naissent d’une petite fleur…Chaque fois que tu me toucheras, ces aiguilles déchireront ta chair. Au final, je n'aurai qu'à attendre que tu te vides de ton sang. Si tant est bien sûr que tu ais assez de cran pour t'y empaler de ton plein gré…


Le Nécro serra les dents, les choses prenaient une mauvaise tournure. Sylaone était un adversaire expérimenté, il savait comment retourner une situation à son avantage.
Cependant Chess semblait peu affectée par le nouveau tour de son opposant. Son regard ne trahissait aucun trouble, comme si cela ne faisait aucune différence pour elle.


- C'est ta dernière chance Chess…Tu peux encore t'en sortir vivante si tu les abandonnes elle et les autres! Tu n'as aucune raison de mourir pour...


Du sang gicla, accompagné de fragments d'os, lorsque les paumes de l’elfe percutèrent violemment le ventre de Sylaone. Celui-ci tomba à genoux, le souffle coupé, et  si les chaines ne le retenaient pas il aurait bien voulu poser ses mains au sol.


-J'ai toutes les raisons nécessaires…répondit simplement Chess en ignorant la douleur qui émanait de ses mains sanguinolentes.
-Suffit ! Va chercher Matis c’est au tour de la catin !


Chess se contenta d’hocher la tête puis disparu, laissant Syla, Glinie et la Nécro ensemble.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 27 Sep - 17:23 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
sylaone
Précepteur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2011
Messages: 23
Masculin

MessagePosté le: Mar 27 Sep - 17:54 (2011)    Sujet du message: Enfermez dehors Répondre en citant

(superbe histoire gligli !)

Revenir en haut
Keitel
Membre

Hors ligne

Inscrit le: 19 Sep 2011
Messages: 2

MessagePosté le: Mar 27 Sep - 19:46 (2011)    Sujet du message: Enfermez dehors Répondre en citant

Keitel observait Glinie et la worgen sur le panton, assis sur une pile de caisses. Il les observait au loin, en train d'attendre le bateau.

Il était, encore un fois, trop naïf, bien que méfiant.

Lorsqu'il entendit Glinie crier et être amené dans le bateau, il accouru vers un griffon. C'est avec grand mal qu'il parvint a le rattraper, mais a ce moment elles sautèrent dans les eaux. Pris au désespoir, il survola la zone, criant le nom de Glinie en y mettant toute sa voix.

Aucuns signes.

Keitel alla se percher sur une corniche, fixant les eaux glaciales, les yeux rempli de larmes de haine et de tristesse. Qu'allait il bien pouvoir faire maintenant que sa douce était enlevé ? Et Syla? Il était évident qu'il s'agissait des memes ravisseurs. Le clan Barthoz.

Il ne fallut pas longtemps aux ravisseurs pour repondre a ses appels desesperés. Keitel pris d'une colère ne voulait rien entendre, et n'avait qu'une idée en tête : les retrouver. Il voulait s'assurer que Glinie et Syla étaient en vie.

Le peu de choses que Glinie et Syla lui apprirent. dans des hurlements de douleur, c'est qu'il étaient dans un chateau.

Keitel totalement perdu ne savait plus quoi penser. Un chateau...il y en a des centaines au Fjord...Ou étaient ils allé ? Avaient ils finalement pris le bateau pour rentrer au continent ? Que de questions, mais aucunes réponses.

Mais il ne pouvait rien négocier, étant a la merci des ravisseurs.

Devant la requête absurde des ravisseurs, Keitel ne savait plus quoi faire, ou aller. Tout se brouillait autours de lui.

Le worgen se posa au dessus d'une cascade, absorbé dans ses pensées. Il n'allait pas abandonner ses amis, pour rien au monde.

C'était le debut d'un long acharnement avec le Clan barthoz.


Revenir en haut
Geredon
Précepteur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juin 2011
Messages: 2
Localisation: La cabane au fond du jardin

MessagePosté le: Mer 28 Sep - 20:06 (2011)    Sujet du message: Enfermez dehors Répondre en citant

*Cloue un parchemin*

 
 
 


Revenir en haut
Drogoth
Tribun

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2011
Messages: 17
Masculin

MessagePosté le: Ven 30 Sep - 20:38 (2011)    Sujet du message: Enfermez dehors Répondre en citant

(Il te manque des bouts dans la lettre ^^)

Revenir en haut
Geredon
Précepteur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juin 2011
Messages: 2
Localisation: La cabane au fond du jardin

MessagePosté le: Ven 30 Sep - 20:56 (2011)    Sujet du message: Enfermez dehors Répondre en citant

des nouvelles...


 
Citation:
Vous vouliez savoir où qu’on s’trouve…. Bah… méditez bande de trou de balle ! 

 
Ligote tes sentiments d'une formule, Emprisonne ta douleur d'une ceinture, Le loup qui ne montre jamais son sang Par l'autre loup sera laissé vivant. 

 
D'ailleur j'me pose la question...Si une patte de lapin porte bonheur, qu'a-t-il bien pu arriver au lapin ? 

 
Matïs LE BOSS BOUCHER (OWNED) 



 






 


Revenir en haut
Glinie
Précepteur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juin 2011
Messages: 27

MessagePosté le: Dim 2 Oct - 16:22 (2011)    Sujet du message: Enfermez dehors Répondre en citant

-Syla ?
-Humm…
-C’est… c’est douloureux de mourir ?

Le Worgen gardait ses yeux brumeux vers le sol ne répondant pas. Cela faisait déjà plus d’une semaine qu’ils étaient devenus de pittoresques jouets. Une semaine de cauchemar...attaché …torturé…. Et voilà leur nouvelle invention, le pilori !
 Syla ne sentait plus ses bras, ses muscles le faisaient énormément souffrir. La vision que lui offrait Matis et Nono tout les soirs, lui donné envie de gerber. Ils avaient violé leur corps, c’était au tour de leur âme… Alors oui la mort peut-être douloureuse, mais elle pourrait les libérer de là. Les libérer… un mot si beau. SI seulement…

- Tu sais ce que disait le père de Chess ?
- Hum…
- La nature…notre don.... je suis la vie…je suis la beauté… je suis la force…
- Noémie…

La jeune fille semblait irradier soudainement...

- Regarde moi…touche moi…effleure moi... Possède moi…contrôle moi…ressent moi…protège moi…déteste-moi…aime moi….retient moi…Je suis faite de la même matière que les rêves…sans cœur nous ne serions que des machines .Je ne veux pas leur ressembler !!

Alors oui la mort pouvait être une délivrance, mais ils ne sont pas lâche, ils ne se laisseront pas faire. C’est à leur tour. C’est leur moment de gloire.

- Ce jour est le jour où ma vie commence. Aujourd'hui, je deviens citoyenne du monde. Aujourd'hui, je deviens une adulte. Aujourd'hui je prends un engagement envers d'autre moi-même, que mes parents, ou que mes enseignants. Aujourd'hui je prends un engagement envers le monde, envers l'avenir, envers toutes les possibilités que la vie m'offre. À partir d'aujourd'hui, j'ai le devoir d'être présente, d'ouvrir les yeux, d'avoir envie, d'être prête. Prête pourquoi ? Je ne sais pas. Pour tout, à tout moment. Prête pour la vie. Pour l'amour. Prête pour les responsabilités, et les possibilités. Aujourd'hui, mes amis, mon ami... Notre vie commence. Et en ce qui me concerne... J'ai hâte de commencer…

On voudrait vivre éternellement, un jour important c'est ça. Un jour parfait c'est ça... On passe notre vie entière à s'inquiéter de l'avenir, à faire des projets pour l'avenir, à essayer de prédire l'avenir... Comme si savoir à l'avance pouvait amortir le choc. Mais l'avenir change constamment. L'avenir est le lieu de nos plus grandes peurs, et de nos espoirs les plus fous. Mais une chose est sûre : quand finale ment, il se dévoile... L'avenir, n'est jamais comme on l'avait imaginé.


- Syla ? On va leur mettre la pâté… tu es avec moi ?


Revenir en haut
sylaone
Précepteur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2011
Messages: 23
Masculin

MessagePosté le: Dim 2 Oct - 19:52 (2011)    Sujet du message: Enfermez dehors Répondre en citant

C'était sûrement l'une des pire semaines de sa vie les tortures autant mental que physique étais difficile à tenir malgré tout, il se tenait encore debout, vivant .. enfin plus ou moins.

-Syla ?
-Humm...
-C'est... c'est douloureux de mourir ?

Il garda la tête baisée .. ont en étais déjà la .. le souhait de la mort libératrice .. la paix éternel, un calme mériter

Il avait a peine la force de répondre, ces côtes brisée .. ou même enlevée, sa respiration était difficile et douloureuse .. oui vivre étais douloureux, plus que jamais

Il remit un peu d'ordre dans ces idées, chamboulée, ce mal de crâne qui ne partait pas, si Glinie avait les tortures physique, Syla lui c'était son âme et son esprit qui se fessait déchirer, la nécromant était experte, trop même, chaque soir il la sentais pénétrer son esprit, le visité, le parcourir ces défenses tombait une a une.

Il pouvait la sentir se délecter de ces peurs .. de ces doutes, et il pouvait la sentir le façonner .. le changé, modifier ce qui fessait qu'il étais lui, elle n'y arriverais pas .. il résisterais autant qu'il peu .

- Tu sais ce que disait le père de Chess ?
- Hum...
- La nature...notre don.... je suis la vie...je suis la beauté... je suis la force...
- Noémie...

Il l'écoute et ferme les yeux elle est devenue plus mature .. plus forte .. mais ce n'étais pas ainsi qu'il aurait voulu que ce se passe, il est fière .. elle tien bon ..

Mais pour lui .. ce n'est pas la nature qui le tient debout .. pas même l'amour ou l'amitié .. la seule chose qui le réconforte maintenant .. c'est d'imaginer ces mains libre et de pouvoir les utiliser contre eux .. oui .. voilà la seule idée qui garde son esprit sain .. du moins .. encore entier ; La vengeance, il se vengera, et la semaine passée est autant de temps pour réfléchir ou mille et une torture qu'ils vont subir .. ce n'est plus le temps de se préserver, son corps est déjà trop touché Non .. tant qu'il lui restera une étincelle de vie , il l'utilisera .. pour les détruire.

- Syla ? On va leur mettre la pâté… tu es avec moi ?
- Oui ..  mon heure n'est pas encore venue.

Il vivra , encore un temps , quoi qu'il en coûte.


Revenir en haut
Daniel


Hors ligne

Inscrit le: 02 Oct 2011
Messages: 2

MessagePosté le: Dim 2 Oct - 20:27 (2011)    Sujet du message: Enfermez dehors Répondre en citant

Il avait vraiment besoin de sous le Daniel, il s’était laissé embobiné par les discours alléchant de Maurice. En attendant de payer sa dette il marchait dans la poussière jaune de la route, petite silhouette ficelée dans une cape bon marché.
Daniel passa dans un espèce de pâturage verdoyant.
A partir de là, le chemin monté en pente vive. En haut de la cote, on apercevait une sorte de carrefour où trônait une muraille où un ballet de lumière transpercer le ciel. Plus loin, une entrée la seule apparemment jonché d’innombrables déchets de bois. Et apparemment cette entrée semblée  être l’unique accès d’une zone entouré de barbelés et de grandes clôtures.
Daniel s’immobilisa pour reprendre son souffle. Les pierres grises, le fil de fer rouillé, la solitude de l’endroit concourraient à créer une atmosphère oppressante. Derrière cette murailles on devinait l’étendu  d’un immense champ abandonné dont l’asphalte pelait par le reste de plaque comme la peau d’un elekk malade. Des corbeaux se tenait perchés sur les fils d’acier tendu contre des piquets en haut de cette foutu muraille. Figés ils paraissaient factices comme des morceaux de bois grossièrement taillée, qu’on se serait amusé à enduire de plume et de goudron. Daniel aurait voulut esquisse un geste pour les faire s’envoler, mais il demeura immobile.

-Ce n’est qu’un camp de réprouvés… des baraquements recyclé … tu t’attendais a quoi ?

Il se répéter sans cesse cette phrase…Mais le lieu irradier une aura répulsive qui donnait envie de tourner les talons et de s’éloigner au plus vite. Le paysage tout entier puer l’alerte de peste et l’échange sanglant de combat. Les corbeaux soudés au barbelé étaient peut-être déjà carbonisés ? Ils allaient tombés en cendre des qu’il ferait mine de les touchers …
Des images se bousculaient dans le crâne du jeune homme, suscité par l’étrangeté de cet endroit. Il imaginé d’abord d’énormes abris dissimuler sous l’herbe…tout un camping d’holocauste éparpiller le long de salles interminable. Allait-il devenir le concierge de l’un de ces terriers ? Roger l’avait prévenu, le clan Barthoz restait souvent discret sur la véritable nature des lieux de leur sois disant allié.

-Tu t’emballes, tu te fais un film mon p’tit Daniel…

Apres un long soupir, il se remit en marche, avançant vers se bunker obturant l’accès du camp. Les barrières étaient véritablement énormes conçue pour stopper sans dommage l’un des véhicules du Joug lançait a pleine vitesse. L’architecture austère lui donner presque envie de lever les bras et de crier « Kamerad moi me rendre, vous pas tirer !! »
Sa surprise fut autant plus énorme quand une ronde de goule vient se positionner devant lui. Regardant attentivement l’homme elles rebroussèrent chemin lorsqu’elle vit le blason des Barthoz sur sa cape.
Il continua à pas lent, s’évertuant à conserver une démarche normale. La clôture a perte de vue, sinuant comme une interminable muraille chinoise. Cet endroit puer la suspicion, le contrôle, la fouille…le droit de passage, la carte exhibée d’une main droite.

-Tu délires

Daniel s’arrête à un mètre des barrières, les petites grilles d’acier ne coulisser pas. Il était certain qu’on l’observer  comme une bête de foire. C’était une sensation pénible.
Il dut attendre une demi-heure avant que l’on daigne lui ouvrir. Enfin, la barrière de droite se mit à se rétracter avec un grondement sourd .Des que l’ouverture eut atteint cinquante centimètres la barrière s’immobilisa comme si l’on craignait en l’ouvrant d’avantage de prêter le flanc à une subite invasion.


(A Suivre)
  


Revenir en haut
Daniel


Hors ligne

Inscrit le: 02 Oct 2011
Messages: 2

MessagePosté le: Lun 3 Oct - 14:47 (2011)    Sujet du message: Enfermez dehors Répondre en citant

Daniel pénétra donc dans l’enceinte. Sur sa gauche trois marches permettaient d’accéder à une porte latérale. Il se hissa sur l’embryon d’escalier, puis frappa deux fois et tourna la poignée. Il fut aussitôt submergé par un brouillard de tabac qui le saisit à la gorge. A l’intérieur trois hommes au visage fatigués enfilaient des vêtements *civil* en retirant leur armure.

-C’est toi le nouveau ?
Un type chauve penchait sur une espèce de carnet toisa le pauvre Daniel en aboyant de plus bel
 
Daniel ne trouva rien à répondre. Il savait que les autres étaient entrain de le détailler sans indulgence. Il s’imaginait déjà les observations peut amène qu’il se formulait mentalement…
*Encore un jeune, un de c’est p’tit connard qui bosse juste pour s’la Peter et s’payer une monture, va falloir passer l’temps à réparer ses conneries*

L’homme chauve était toujours penché sur le cahier répertoriant les entrées et les sorties de la journée. Au bas de la page, il entreprit  de tracer à l’encre rouge les lettres *R.A.S*. Il écrivait en contractant le visage et en respirant fort par le nez, comme si cette besogne lui réclamait un effort musculaire prodigieux. Des veines gonflées, palpitaient sur chacune de ses tempes. Lorsqu’il eu finir d’écrire, il s’abima de contemplation des trois lettres malhabiles et poussa un nouveau soupir. Il se leva, trois barrettes en métal rayaient ses épaulettes.
*un brigadier, un chef de poste… constata Daniel*
Sans plus se soucier de lui les trois hommes se rassemblèrent dans un coin de la piéce et se mirent à diviser a mi-voix, comme si ils échangeaient un langage codé. La chauve se mit à regarder par la petite meurtrière

-J’espère que l’un des gars de nuit va s’pointer, ça m’ennuierait de laisser le poste entre les mains d’un bleubite…

Les autres ricanèrent en  crachant de la fumée. Daniel sentit son estomac se nouer. Pour se donner une contenance, il examina le poste. L’ameublement en était succinct :
Deux bureaux faits de métal, l’un plus grand que l’autre (peut être celui du chef ?) des cendriers sur pieds, deux espèces de canapés en bois couvert d’un faible matelas en tissu. Les murs étaient couverts de cartes, d’avis de recherches, de femelle en tout genre a poil, et de note de service. Tout cela flottait dans un brouillard bleu de cigarette. Sur le bureau du chef, face à la meurtrières, on avait installé un pupitre de commande d’où émergeaient deux gros boutons protubérant, l’un bleu, l’autre rouge, ainsi qu’une manette d’inversion droite –gauche

-c’est de là qu’on monte et qu’on descend la grille p’tit !

Daniel hocha faiblement la tête


Revenir en haut
Glinie
Précepteur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juin 2011
Messages: 27

MessagePosté le: Lun 3 Oct - 15:10 (2011)    Sujet du message: Enfermez dehors Répondre en citant


(j'avais envie de deco xD)
 



La douleur peut se manifester sous différentes formes. Ça peut être un petit pincement, une légère irritation, une douleur lancinante, une douleur que l’on supporte tous les jours.
Et il y a le genre de douleur que l’on ne peut pas ignorer. Une douleur si grande, qu’elle bloque tout le reste. Et fait disparaître le reste du monde !

Jusqu’à ce que la seule chose à laquelle on pense, c’est à quel point on souffre !
La façon dont on gère notre douleur dépend de nous. La douleur... On l’anesthésie, on la surmonte, on l’étreint, on l’ignore... Et pour certains d’entre nous, la meilleure façon de gérer la douleur, c’est de foncer tête baissée.

La douleur... Vous devez arriver à la surmonter. Espérer qu’elle disparaisse d’elle-même, espérer que la blessure qui la cause se referme. Il n’y a pas de solutions, pas de remèdes miracle. Vous devez respirer à fond et attendre qu’elle s’estompe.
La plupart du temps, on peut gérer la douleur. Mais parfois, la douleur s’abat sur vous quand vous vous y attendez le moins. Elle vous attaque en traître et ne vous lâche pas ! La douleur... Vous devez juste continuer à vous battre parce que de toute façon vous ne pouvez pas l’éviter. Et la vie en fournit toujours plus !

*Glinie regardait Syla, d'un air désespérer elle lui embrassa le front, étouffant ses nombreux sanglots*

-Je suis tellement désolée... mon dieu, me dit pas que je t'ai tué... pas toi... hein... Syla. Ils m'ont forcé... Syla répond...


Revenir en haut
Glinie
Précepteur

Hors ligne

Inscrit le: 10 Juin 2011
Messages: 27

MessagePosté le: Sam 15 Oct - 21:08 (2011)    Sujet du message: Enfermez dehors Répondre en citant

Mouhahaha

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:48 (2018)    Sujet du message: Enfermez dehors

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    tenebrae rosae Index du Forum -> La Librairie -> Réflexions. Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com